Carte de la République Dominicaine

État des Grandes Antilles, occupant près des deux tiers de l'île d'Haïti.

Nom officiel : République dominicaine.

Capitale : Saint-Domingue.

Superficie : 48 400 km2.

Population : 7 600 000 hab. (Dominicains).

Langue : espagnole

Religion : catholicisme.

Monnaie : peso dominicain.

Régime : présidentiel.

Chef de l'état et du gouvernement : président de la République, élu pour 4 ans au suffrage universel direct.

Législatif : Congrès, composé du Sénat (30 sénateurs, élus pour 4 ans) et d'une Chambre des députés (120 députés, élus pour 4 ans).

Géographie

Le relief est contrasté : les hauteurs, culminant à 3 175 m dans la Cordillère centrale, alternent avec les dépressions intérieures, dont le fossé Cibao-Vega Real ou des plaines littorales. Le pays est assez densément peuplé. Il demeure à dominante agricole. Le climat tropical (chaleur constante, pluies de juin à décembre) explique l'importance des plantations (canne à sucre surtout, base des exportations, puis cacao, café, tabac), souvent dans le cadre des grandes propriétés. Les nombreuses petites exploitations privilégient les cultures vivrières (manioc, patate, s'ajoutant au riz et au maïs) ; l'élevage bovin laisse des excédents exportables.

Les autres ressources et la population

Malgré la création de zones franches et la présence de minerais (bauxite, nickel, or), l'industrie est pratiquement limitée à l'agroalimentaire (sucreries surtout). Le commerce extérieur, lourdement déficitaire, est effectué essentiellement avec les États-Unis. Il est tributaire des variations de cours des matières premières, agricoles ou minérales. Le pays est endetté, souffre d'une forte inflation, alors que les inégalités sociales demeurent. Le notable accroissement démographique accélère l'exode rural. Bien que l'agriculture occupe encore plus de la moitié de la population active, près de 60 % de la population sont urbanisés. Mais l'agglomération de Saint-Domingue concentre à elle seule presque le quart de la population dominicaine.

Histoire

1492 : Colomb atteint l'île d'Haïti, qu'il baptise Hispaniola.

La colonisation espagnole entraîne la disparition des populations autochtones (Indiens Arawak).

1697 : au traité de Ryswick, l'île est partagée entre la France (dont la colonie est appelée « Haïti ») et l'Espagne.

1795 : la colonie espagnole est cédée à la France.

1809 : les Dominicains se libèrent des troupes françaises.

1822 : l'ensemble de l'île passe sous domination haïtienne.

1844 : proclamation de la république dominicaine.

1861 : la république retourne sous la domination de l'Espagne.

1865 : elle accède définitivement à l'indépendance.

La vie politique du pays est alors marquée par de nombreux coups d'État militaires. En raison de ses dettes, il est occupé militairement par les États-Unis (1916-1924), qui facilitent l'arrivée au pouvoir de Rafael Trujillo.

1930 : Trujillo établit un régime dictatorial.

Après l'assassinat de Trujillo (1961), le chef du parti révolutionnaire, Juan Bosch, est élu président (1962), mais il est déposé l'année suivante. Après une nouvelle intervention des États-Unis, les conservateurs sont au pouvoir, à partir de 1966, avec le président Joaquín Balaguer, appuyé par l'armée.

1978 : le retour à la démocratie représentative est marqué par l'arrivée de la gauche à la présidence.

1986 : J. Balaguer retrouve la présidence de la République.