État de l'Amérique centrale, à l'entrée du golfe du Mexique, entre le détroit de Floride et le seuil du Yucatán, formé de l'île de Cuba et de ses dépendances.

Nom officiel : République de Cuba.

Capitale : La Havane.

Superficie : 111 000 km2.

Population : 11 000 000 hab. (Cubains).

Langue : espagnole

Religion : catholicisme.

Monnaie : peso cubain.

Régime : socialiste.

Chef de l'état et du gouvernement : président du Conseil d'État, qui préside le Conseil des ministres.

Législatif : Assemblée nationale du pouvoir populaire (589 députés élus au suffrage direct pour 5 ans).

Géographie

Le milieu

Située à moins de 250 km de la Floride, Cuba est la plus étendue des Antilles. C'est un pays de plaines et de plateaux calcaires, la montagne apparaissant au sud-est. La situation en latitude explique un climat tropical avec une température constante (voisine de 25 °C), des pluies relativement abondantes (1 200 mm), concentrées entre juin et décembre.

L'agriculture

Les conditions naturelles sont favorables à l'agriculture. La prépondérance de la canne à sucre, héritage de la période coloniale, s'est maintenue depuis l'indépendance. Le castrisme a pourtant bouleversé les structures économiques en les socialisant, notamment par le biais d'une réforme agraire créant des fermes d'État et des coopératives. La canne à sucre couvre environ la moitié des terres cultivées et assure encore l'essentiel des exportations, malgré l'essor de la pêche et des tentatives de diversification : fruits tropicaux (agrumes et bananes), progrès de l'élevage, reprise de la culture du tabac, extraction minière (nickel) ou pétrolière (à ses débuts). Le riz est la principale céréale cultivée.

La monoculture du sucre, la pénurie de matières premières, de capitaux, la faiblesse de l'industrialisation autre qu'agroalimentaire, l'arrêt du tourisme américain ont concouru à accroître le déficit. Mais, surtout, la disparition du principal partenaire commercial, l'U. R. S. S., a accru la lourde dette extérieure. La population est majoritairement urbaine ; La Havane concentre un cinquième des Cubains.

Histoire

1492 : Christophe Colomb découvre l'île, alors peuplée d'Indiens Arawak.

Durant le XVIe siècle, la colonisation espagnole se développe grâce à l'exploitation du tabac, dont l'Espagne se réserve le monopole. Les esclaves noirs remplacent les Indiens, exterminés. Au XVIIIe siècle, la culture de la canne à sucre progresse rapidement.

1818 : l'Espagne accorde la liberté générale du commerce aux créoles, restés fidèles à la métropole.

Au XIXe siècle, les abus de l'administration coloniale provoquent une insurrection générale (1868-1878). L'île obtient une autonomie relative.

1880 : abolition de l'esclavage.

En 1895, une nouvelle insurrection est déclenchée contre le pouvoir espagnol.

1898 : les États-Unis interviennent en faveur des insurgés.

À l'issue de la guerre hispano-américaine, l'Espagne renonce à sa colonie. Cuba devient une république, étroitement contrôlée par les États-Unis. Le général Batista, protégé de ceux-ci, exerce la réalité du pouvoir de 1933 à 1940 puis devient président jusqu'en 1944.

1952 : de nouveau au pouvoir, Batista suspend la Constitution.

1959 : le mouvement révolutionnaire, dirigé par Fidel Castro, renverse Batista.

Fidel Castro entreprend une importante réforme agraire, nationalise les entreprises américaines et met en œuvre un plan d'industrialisation de l'île.

1961 : une tentative de débarquement de Cubains anticastristes, soutenue par les États-Unis, est repoussée (baie des Cochons).

1962 : l'installation de fusées soviétiques dans l'île provoque une grave crise internationale.

Allié de l'U. R. S. S., Cuba intervient militairement en Afrique (Angola, 1975 ; Éthiopie, 1977). Le régime cubain, qui a d'abord servi de référence à de nombreux mouvements révolutionnaires du tiers-monde, se durcit.

Confronté à l'effondrement du communisme en Europe depuis 1989, Fidel Castro refuse de faire évoluer profondément le système.